samedi 28 décembre 2013

Revue de presse : "La Maison Victor" Hiver 2013/2014

Vous en avez sans doute déjà entendu parler, mais un nouveau magazine couture est apparu la semaine dernière : "La Maison Victor". C'est un magazine belge, traduit du néérlandais, qui coûte 6,95€ (pour l'instant). 


Je l'ai acheté un peu par frustration du dernier TC où rien ne me plaisait, et j'en suis assez contente : il y a à première vue trois modèles que je compte faire, plus un éventuellement (déformation professionnelle, j'ai failli écrire : j'ai mis trois modèles dans le backlog et un dans le bac à sable, gnnn, j'ai besoin de vacances)(ne serait-ce que pour finir mes en-cours qui se multiplient comme des lapins en ce moment). 

On est bien d'accord que le test final se fera sur la qualité des patrons (donc, heu, plus tard)(cf en-cours), mais voici d'ores et déjà mes premières impressions de tâtillonne de la couture. 

- La présentation est évidemment le GROS point fort de ce magazine, c'est OK, c'est bat', c'est in, ce à quoi je ne vois pas d'inconvénient tant que ça ne se fait pas au détriment du contenu. Si ça peut faire de nouvelles converties, ma foi ... 

- En terme de contenu, justement, à part les projets (on y viendra plus tard) il n'y a pas grand chose de "lourd". Quelques pages shopping sans grand intérêt comme dans Burda, quelques rubriques "blogs" autour d'une esthétique assez convenue, et une double page d'astuces qui aurait pu être une bonne idée si la traduction n'était pas aussi désastreuse et si ça avait été accompagné d'illustrations ! Bizarrement il y a des photos/dessins partout, mais pas là. 

- Le ton : je ne dois pas être sensible au style qui se veut sans doute "poétique et féminin", parce qu'il m'a prodigieusement agacée. En lisant les textes, j'ai vraiment eu l'impression d'être prise pour une oie ("ne vous inquiétez pas, c'est très facile, même avec votre petit cerveau de pintade vous allez y arriver, et regardez, on a mis une photo de chaussures pour vous rassurer, oh, les jolies chaussures, gouzi gouzi"). Quant aux petites histoires de mise en scène, elles sont limite navrantes. "Alouette", vraiment ? Bon, je vais mettre ça aussi sur le compte de la traduction.


- Les projets couture : majoritairement pour femme (cinq robes dont une en grandes tailles, un chemisier, un combi-pantalon), avec quelques patrons homme (une veste/blouson, un pantalon) et enfant (garçon : une chemise, fillette : une jupe et une robe). Pas de grosse surprise, on reste beaucoup sur des modèles simples, mais portables. Malgré le style vaguement hipster-retro-cute du magazine, les modèles ne sont ni gnan gnan, ni ultra-modasse, ni mémère ... rien de révolutionnaire, mais un juste milieu bien trouvé. Vu mon style assez classique, voire passe-partout, ça me convient bien. De plus, j'ai relevé une citation de la conceptrice des modèles : 
"Quelle que soit la qualité de la finition, on voit parfois rien qu'à la forme qu'il s'agit d'un patron fait maison. Je veux éviter cela à tout prix". 
Tellement vrai, Frieda !

- Les projets tricots : je ne me prononce pas, vu que je ne suis pas une grande tricoteuse, mais il est sûr que ce ne sont pas les modèles présentés qui vont me faire devenir une accro de la laine.


- Les instructions (des projets "couture") : je ne les ai regardées qu'en diagonale (je les lirai en détail en réalisant les patrons), mais à première vue je n'ai pas vu de grosse bourde ... J'ai juste un peu tiqué sur la robe "moulante" qui n'a pas de fermeture éclair. Parmi les gros plus : les planches à patron sont claires, en couleur et agréables à manipuler, il y a de vrais dessins techniques pour tous les modèles, et les illustrations des instructions sont nettes et lisibles. Les marges de couture ne sont pas incluses, ce que je mets personnellement dans la catégorie des "plus". Tout ça m'a donné une impression de sérieux.
J'ai également noté que les pièces de patron de manches ont une forme bien plus assymétrique que ce que j'ai pu voir chez Burda, et apparemment sans embu. Ca pique ma curiosité !! 


En résumé, à première vue c'est un magazine orienté "couture plaisir", rien de révolutionnaire ni de très compliqué mais un objectif de passer un bon moment avec sa machine à coudre. Les modèles me plaisent, et la présentation des patrons et des instructions est soignée. Reste à voir si la réalisation sera à la hauteur !

10 commentaires:

  1. C'est mon libraire qui m'a offert le livret avec les planches car il trainait à côté du Burda et moi j'insistais pour savoir sa provenance. J'ai fini par comprendre en allant sur le site. Je vais quand même essayer de coudre une robe et à l'occasion je tenterais la proposition. En attendant je pars à la recherche du mag.
    En passant, je te souhaite de passer de Bonnes Fêtes ;)

    RépondreSupprimer
  2. Quelle chance :)
    Pour une couturière comme toi, je pense que les patrons seuls suffiront, tu n'as pas besoin des instructions du mag à mon avis.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis contente d'avoir pu lire ton avis de couturière rigoureuse.
    En effet, les modèles sont équilibrés, les dessins techniques n'ont pas l'air trop fantaisistes, les planches à patrons font figure d'oasis par rapport à celles du Tendance couture (il paraîtrait qu'on peut déclencher une crise d'épilepsie rien qu'en les regardant), et la promesse d'un guidage clair lors de la réalisation semble respectée. C'est déjà beaucoup.
    Après, aucun des patrons du numéro ne m'intéresse donc j'aurais de toutes façons passé mon tour.
    Mais si j'avais été un peu intéressée, le branding se serait chargé tout seul de me repousser. Je veux dire, un peu de modernité et de séduction de l'oeil ne font pas de mal, mais là, c'est d'un suivisme qui me fait mal au coeur. Graphisme en toc (mon dieu, ces encadrés "Astuce!"), grandes déclarations d'intentions, le ton et l'esthétique que tu décris, tout ça me donne l'impression d'un magazine peu sûr de lui. En tant que consommatrice, ce que je reçois comme premier message c'est : "bonjour, je suis un magazine pour les moutons, j'ai montré toutes les pattes blanches que je pouvais, n'aie pas peur, achète-moi!", ce à quoi je réponds : "ben non, je suis pas intéressée, bonne journée quand même, et n'attrape pas froid."
    Et puis c'est trop tard quoi, dans mon cerveau de dinde parisienne sollicité de toutes parts, Victor c'est un hamburger au veau, donc ça ne peut plus être de la couture !

    Mais ça ne m'empêchera pas de revenir voir ce que tu as choisi de faire de beau, et je te souhaite de bons moments avec ta machine à coudre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois ce que tu veux dire ... Mais je répète toujours qu'en matière de patron, il faut faire abstraction du "packaging". Si c'est vrai pour la présentation déplorable de Tendances Couture, c'est vrai aussi pour cette Maison Victor très (trop?) léchée. On verra à la réalisation ...

      Supprimer
  4. C'est chouette de te retrouver ! En tout cas, j'aime beaucoup ton nouveau blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Je suis allée voir sur le tien, mon dieu, tu es douée !!!

      Supprimer
  5. Ben ça alors, je ne l'ai même pas vu, celui-là! Faut que j'aille voir ça par moi-même, tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le trouveras encore.

      Supprimer
  6. J'ai aussi passé mon tour. Et d'accord avec toi pour cette espèce d'esthétisme branchouille gna-gna-instagram-petite-chose-feutrée avec des morceaux de droguerie ou d'animal vaguement rétro dedans, ça me gave. Je ne sais pas pour ce magazine, mais souvent ce genre de style cache une vraie indigence couturesque (belle photo, projet bof, finitions inexistantes, caractère: traces)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le seul patron que j'ai testé pour l'instant était pas mal. Simple, délibérément axé pour les débutants, mais au final j'ai quelque chose de portable. Ceci dit, cette esthétique me rend un peu hargneuse aussi, donc je ne lis pas le reste du magazine.

      Supprimer